Ce blog est un espace de lecture et d’écriture ouvert à toutes plumes apportant un plus au champ culturel. Il vous présentera divers rubriques aux quelles vous pouvez participer ; nous le souhaitons un espace d’expression, pour tous, jeunes talents qui veulent se frayer un chemin dans le monde de l’écriture, chercheurs et écrivains qui veulent partager leur savoir et pour ceux qui veulent partager leurs lectures. N’hésitez pas à nous faire parvenir vos propositions et vos remarques ; nous restons à votre écoute. envoyez vos texte a: derbettawasol@araja-editions.net
  • Catégories
  • قصة الجد الأعرج

    قصة الجد الأعرج

    نظر ايمن الي جده فرآه يمشي علي عكازة واذا جلس علي الكرسي وضع الي جنبه عكازته ودلدل إحدى رجليه فقال له ايمن : اين رجلك الأخرى يا جدي ؟ فطبطب الجد علي كتف ايمن وقال له اسمع حتي احكي لك حكاية رجلي الثانية يا ايمن .

    لما كنت صغيراً في مثل سنك يا بني اصطدت عصفوراً وربطت رجله بخيط اشده به مرة واطيره مره، فقالت لي امي هذا حرام عليك يا محمود، الا تخاف ان يحصل لك مثلما تفعل بهذا العصفور المسكين ؟ ارحم العصفور ودعه وشأنه، اتركه ليطير في السماء، فقلت لها : وماذا تخافين ان يحصل لي يا امي، إنني العب ثم جري العصفور وطار ودخل ثقباً في حائط فشددت العصفور بالخيط فانخلعت رجله فلما رأت امي ذلك حزنت كثيراً وقالت : حرام يا ولدي الا تخشي ان يحدث لك مثلما حصل مع هذا العصفور ؟!

    فلما كبرت وسافرت مرة علي فرس وقعت من فوق ظهر الفرس وتعلقت رجلي بالركاب فانخلعت رجلي فمسح ايمن الدموع في عينيه وقال : ” لن أربط ابداً خيطاً في رجل العصفور يا جدي ” ، وقال الجد : لا تخالف ابداً امك في شيء يا ايمن، واعطف دائماً علي الحيوانات وعلي جميع الكائنات في هذا العالم، فهي تشعر مثلما تشعر انت، قال ايمن : سمعاً وطاعة يا جدي .

     

    بقلم : عبد الله جابي كونامي .

    القراءة

    القراءة

    كلما مددت يدك نحو كتاب واخترت أن تقرأه، اكتشفت أنك لا تعيش عالما واحدا فحسب، وإنما في داخلك عوالم كثيرة عشتها من خلال الكتب.

    فإذا رغبت أن تطوف العالم كله ليس عليك إلا أن تكثف قراءتك، وتنتقل من كتاب لآخر، وكلما قرأت أكثر كلما عشت قصة جديدة ومغامرة مختلفة.

    هنا 5 مقترحات لمضاعفة عدد قراءتك للكتب، وهي :

     1-  شراء كتب أكثر: إذا أردت أن تقرأ أكثر، عليك شراء أكبر عدد من الكتب. امتلاكك لمخزون هائل من الكتب يعزز من الدافعية لديك، كما لا عذر لك في تركها على الرف دون قراءة.

    2- القراءة باستمرار: اجعل القراءة جزءا من حياتك، لذا اقرأ كتبك أثناء تناول الطعام أو حتى عند زيارة الطبيب. كما أن قراءتك في المنزل من أفضل الأماكن في حين انشغال الآخرين بمشاهدة التلفاز أو التصفح عبر الانترنت.

    3- قراءة الكتب ذات صلة بشغفك:  لا تهدر وقتك في قراءة كتب ليست من اهتماماتك. لذا عند عملية الشراء اختر الكتب التي ترتبط بمهنتك أو ميولك.

    4- قراءة عدة كتب في آن واحد:  بإمكانك قراءة ما تشاء، فليس هناك قواعد تلتزم بها عند القراءة. لذا عند قراءتك لكتاب مجهد في النهار، باستطاعتك الانتقال إلى كتاب أكثر خفة في المساء.

    5- الاحتفاظ بالمعرفة: اقرأ بقدر ما تشاء، لأن بقاءك عدة ساعات لقراءة موضوع ما، يجعلك تكتسب المعارف والخبرات.

    وعليك ألا تنسى ما تعلمته.

    Le Sage

    Le sage n’imite personne, il est tout simplement.
    Le sage ne rumine pas le passé: il vit le temps présent.
    Le sage remercie toujours: la gratitude est la clé de son bonheur.Le sage ne recherche pas le bonheur, il l’a en lui.
    Le sage est en harmonie avec l’univers: non seulement il respecte mais il aime véritablement ce qui l’entoure.
    Le sage a la conscience divine en permanence en lui.
    Le sage a adopté la maxime: « Connais-toi toi-même. »
    Le sage aime les autres personnes d’un amour désintéressé.
    Le sage agit sans en attendre les fruits.
    Le sage parle peu, faisant sienne la formule: « la parole est d’argent mais le silence est d’or ».
    Le sage est libre; il vit dans le détachement.
    Le sage a des émotions mais elles ne le dominent pas.
    Le sage ne cultive que des valeurs durables: il ne s’intéresse pas à la réussite sociale, à la richesse, au pouvoir, au confort, à la beauté physique.
    Le sage ne soigne que sa beauté intérieure.
    Le sage ne se soucie guère de sa renommée; souvent il n’est pas connu, et s’il l’est, il ne l’a pas cherché.
    Le sage est humble, c’est-à-dire qu’il s’est affranchi de l’importance de soi.
    Le sage ne sait pas mentir.
    Le sage a conscience des difficultés, mais il n’en souffre pas.
    Le sage aime la vie, mais le moment venu il sait s’en détacher.

    Pourquoi lire ?

    Pourquoi  lire ?

    Je déteste cette manière qu’ont les enfants de nous tendre un miroir qui grossit nos traits, nos travers, surtout. « Papa, pourquoi est-ce que je dois apprendre à lire ? » demande ma fille, qui est alors à la maternelle.
    Elle a six ans. Dans l’agacement que trahit sa voix, je devine ma propre réticence à tout ce qui est obligé, cette sorte de scepticisme chronique qui m’a souvent épargné de venir grossir les rangs de la foule quand elle était à son plus bête, et donc sauvagement grégaire.
    Mais c’est aussi cette même inclination qui agit comme un sabot de Denver et m’empêche de me lancer dans quoi que ce soit avec légèreté, sans avoir la quasi-certitude d’y trouver mon compte.
    Les imprécations et les grandes pompes ont toujours eu sur moi l’effet contraire à celui qu’on souhaitait. Plus vous en mettez, plus je décroche. Ma fille est pareille. Je dois donc, en temps normal, réfléchir un moment avant de répondre à ce genre de question, qui vire rapidement au champ de mines : si j’en fais trop, elle recule. Pas assez, elle réclame que j’en rajoute. Je deviens alors excessif, ou simplement exaspéré par ses demandes, et elle se rebiffe.
    Pourtant, là, pour une des rares fois dans ma vie de père, je sais quoi répondre, très exactement, sans même y songer.
    « D’abord, ma grande, il faut apprendre à lire pour être libre. Ce que ça veut dire ? Qu’en ce moment, tu dépends de moi. Et des autres. Je peux prendre un de tes livres, en modifier l’histoire, changer les dialogues et travestir la fin, tu ne le sauras jamais. En sachant lire, tu pourras savoir si on te ment. Tu pourras vérifier par toi-même. Tu pourras aussi lire ce que tu veux, pas ce que les autres décident à ta place.
    « Et puis, tu ne seras plus jamais seule. Tu auras toujours les livres pour te tenir compagnie, pour te raconter des histoires si tu t’ennuies. Qu’est-ce que je fais des films et de la télé ? Ce n’est pas pareil, ma belle. Avec les livres, tu participes. Si je te dis qu’il y a un château, tu imagines le château, tu le construis dans ta tête, tu choisis comment le décorer. Dans un film, le réalisateur te le montre, c’est lui qui décide de tout. Dans le livre, tu fais partie de l’histoire, tu n’es plus seule : l’auteur, les personnages et toi, vous faites équipe. Les livres sont un peu des amis. »
    Ma réponse gratifiée d’un long silence, je sais que j’ai piqué sa curiosité. Quelques semaines plus tard, sans autre forme d’encouragement, elle lira. Cela devrait me ravir, dites-vous ?
    Pas tant que ça. Parce qu’il lui reste le pas le plus difficile à franchir : celui de l’effort. À l’école, bien sûr. Mais aussi l’effort gratuit. Celui qui, en nous faisant sortir des sentiers battus, nous affranchit de l’obligation de la culture de masse, celui qui confère de la profondeur au sens critique, celui qui fabrique le citoyen.
    Je crois également que l’acte accompli dans une certaine contrariété est inscrit dans la condition humaine, et donc un peu dans l’idée du bonheur.
    Je pense à l’effort qu’on déploie pour accomplir quelque chose d’inutile, comme courir un marathon ou prendre un livre un peu compliqué, un peu difficile, et passer au travers pour la simple satisfaction de l’avoir fait. Parce que dans la course de fond comme dans la lecture exigeante, on se perd pour mieux se trouver. On y atteint parfois ses limites, qu’on parvient, en de rares moments de grâce, à faire reculer un peu. Ce n’est pas rien. Cela nous permet pendant quelques instants d’échapper à notre condition de travailleur-contribuable-consommateur.
    Dans quelques années, quand elle sera scotchée devant la télé ou l’ordi depuis trop longtemps et que je lui lancerai un bouquin par la tête en l’intimant d’éteindre la machine, j’aurai sans doute droit à une grimace, suivie d’une question de ma fille.
     Pourquoi devrais-je lire ?
    Pour ne pas te contenter de survivre, Chose.

                                                                                                                  David Desjardins   

  • Catégories
  • زهرة اللوتس

    زهرة اللوت

    تراكض الأطفال من كل صوب، وتجمعوا صفّين فقد أخبرتهم المعلمة أنهم سيقومون برحلة إلى حديقة الأزهار.  تحدثوا كثيرا في الطريق وعندما وصلوا إلى الحديقة قالت المعلمة: الآن عليكم السكوت والانتباه لكي أعرفكم بزهرة تعيش بهدوء في هذه الحديقة.

    قال أسامة: ما هو اسمها يا معلمتي؟

    أجابته المعلمة: إنها زهرة اللوتس، أو زنبق الماء.

    سأل أحد الأطفال: كل هذه الأسماء لها؟

    المعلمة: نعم يابني. ولها أسماء أخرى.

    وكان لهذه الزهرة أهمية خاصة في حياة السكان القدماء و لهذا اهتموا بمعرفة أنواعها، و طرق زراعتها و كل ما يتعلق بها.

     و هنا سأل احمد: حدثينا يا سيدتي عن أنواعها.

    قالت المعلمة: عُرف منها نوعان: الأول أبيض اللون ويعتبر من النباتات المائية إلاّ إنه نادر جدًا. وقد سماه المصريون القدماء (سن شن) أو الحورية. وعن هذا الاسم أسطورة تقول: أحبّ (هرقل) ملك الروم حورية جميلة و بعد فترة هجرها ولشدة حبها له رمت بنفسها في نهر النيل فتحول جسمها إلى زهرة اللوتس.

    توقفت المعلمة عن الحديث قليلا، فأسرعت زينب بالسؤال: حديثينا يا معلمتي عن النوع الثاني.

    المعلمة: النوع الثاني أزرق اللون.

    وقد اكتشف الفرس زهرة اللوتس ذات اللون  الأحمر وأخذوها معهم إلى مصر قبل الميلاد.قالت ميساء: هل لكل زهرة معنى أو رمز فما هو رمز زهرة اللوتس؟

    فقالت المعلمة: رمز زهرة اللوتس هو التحية والاحترام فالمصريون القدماء يُقدمونها إلى ضيوفهم كترحيب بهم والضيوف يحملونها باليد أو يضعونها على جباههم.

    أما النساء فيضعنها بين شعرهن أو كطوق في الرقبة وألِّفت الأناشيد التي تتغنى بهذه الزهرة.

    سألت هدى معلمتها: هل لهذه الزهرة حكايات أخرى.

        قالت المعلمة: نعم إنها تنكمش عندما يأتي الليل وتغوص  في الماء، و عندما تشرق الشمس في الصباح تنهض الزهرة و تنفض عنها غطاءها المائي و تُحيِّي الشمس ويقال إن بذورها تنمو داخل غلافها، و عندما تكبر تمزّق هذا الغلاف و تتخذ من الماء عرشا وكأنها تجلس عليه ثم تُزهر وتتباهى بجمالها.

    منصور المغربي

     

    La fleur de Lotus

    La fleur de Lotus est une sorte de lys d’eau, dont les racines puisent leur origine dans la boue des lagunes et des lacs. La graine de la fleur de Lotus est celle qui présente la plus grand longévité et la plus grande résistance : elle peut survivre jusqu’au 30 siècles avant de fleurir, et ce sans perdre sa fertilité.
    « La fleur de Lotus est le symbole de la pureté et de la beauté qui peut surgit d’un terrain marécageux. »
    Cette magnifique fleur des marécages émerge de la boue et s’en nourrit, et lorsqu’elle fleurit, elle s’élève et s’établit sur la boue. La nuit, ses pétales se referment, et elle se réfugie sous l’eau. Puis, lorsque le jour se lève, elle ressort de l’eau sale et reste intacte, sans aucune trace d’impuretés sur ses pétales en forme de spirale.
    La fleur de Lotus a la particularité d’être une fleur et un fruit simultanément ; le fruit est en forme de cône inversé et se trouve à l’intérieur de la fleur. Lorsque la fleur est fermée, elle ne sent pas, mais lorsqu’elle s’ouvre, son odeur rappelle celle de la jacinthe.
    « La fleur de Lotus suppose une magnifique métaphore de la capacité qu’ont ces personnes résilientes de plier la souffrance pour la déplier ensuite sous forme de sérénité, de contrôle de  soi et de persistance. »
    Mansour AL Maghribi

     

     

     

  • Catégories
  • Le voyage ensemble est si court…

    J’ai le goût de partager ce si beau texte avec vous…
    Un texte qui fait du bien et nous incite à bien choisir nos priorités.

    Une jeune fille avait pris place dans un véhicule public:

    Une personne grincheuse vint s’asseoir à côté d’elle, en la bousculant, portant divers sacs.

    Le voisin, pris de colère, demanda à la jeune fille pourquoi elle n’avait pas protesté et fait valoir son droit: elle répondit avec un sourire : «Ce n’est pas la peine de se disputer pour si peu, le voyage ensemble est si court!». Je descends à la prochaine station…

    Voici une réponse qui devrait être une devise écrite en lettres d’or dans nos comportements de tous les jours, et partout:

    «Ce n’est pas la peine de se disputer pour si peu, le voyage ensemble est si court!».

    Si chacun de nous pouvait se rendre compte que notre passage ici-bas est de si courte durée, l’assombrir par de futiles disputes serait une perte de temps et d’énergie

    Quelqu’un nous a-t-il blessé le cœur? Du calme, le voyage est si court!

    Quelqu’un nous a-t-il trahi, brimé, ou humilié? Du calme, le voyage est si court!

    Quel que soit ce que l’on nous fera comme peines, rappelons-nous que le voyage ensemble est si court…Revêtons-nous donc de douceur. La douceur est une vertu qui n’a jamais été synonyme de manque de caractère ni de lâcheté, mais bien plus synonyme de grandeur.

    Notre voyage ensemble ici-bas est bien court et il est sans retour…

    Personne ne connaît la durée de son voyage! Personne ne sait s’il devra descendre à la prochaine station!

    DU CALME, DONC, LE VOYAGE EST SI COURT!

    Auteur anonyme.

     

  • Catégories
  • Pourquoi lire est-il si important?

    Pourquoi lire est-il si important ?

    « Savoir lire, c’est être libre ! »

    La formule n’est pas de moi mais elle est si vraie !

    L’écriture nous entoure de partout : à la maison (nourriture, médicaments, produits d’entretien, notices…), au supermarché, par les publicités (presse, télévision, internet), dans la rue…

    Avant de lire, il faut donc savoir lire!

    Mais, le monde de l’écrit échappe encore à un trop grand nombre de gens !

    Le taux d’illettrisme est toujours beaucoup trop haut dans notre pays ! Oui ici, où l’accès à l’école est pourtant aisé. (Je ne parle pas des moyens qu’on lui donne ou non, autre débat, tout aussi important.)

    Permettre aux enfants de découvrir l’écrit et la lecture dès le plus jeune âge, c’est espérer leur permettre d’y échapper. Leur permettre de se construire, de se forger les ailes nécessaires à leur émancipation, à leur autonomie, en formulant leurs opinions propres et non calquées, en développant un sens critique construit.

    Savoir lire est donc vital ! Lire, c’est vivre !

    On attribue au fait de lire le pouvoir de comprendre implicitement l’orthographe, et la grammaire. Grâce à la lecture, les mots seraient « photographiés », et on les connaîtrait sans vraiment savoir pourquoi ils sont écrits de telle ou telle manière, ou quelle règle grammaticale s’applique…

    Légende ou pas, ça a été le cas pour moi ! J’aime donc à penser que le lien est réel !

    Au-delà de cet aspect quotidien, mais essentiel ; lire permet de développer son imagination, de créer, de s’évader dans un monde qui n’appartient qu’à soi. Et ce, même si l’expérience est partagée par des centaines ou des milliers d’individus (sagas d’Harry Potter, Seigneur des Anneaux, Le trône de Fer…), et qui est relayée par le cinéma. Cet aspect permet aussi de créer des affinités toutes particulières !

    Lire permet donc de vivre, et de vivre des aventures, de répondre à des besoins, à des questionnements, sans jamais enfermer son lecteur !

    Blandine.

    Source : http://vivrelivre19.over-blog.com/pourquoi-lire-est-il-si-important

  • Catégories
  • Si Constantine m’était contée…

    Une clé pour Cirta

    (Article paru dans le journal An-Nasr le 4 janvier 1966)

    Malek HADDAD

    On ne présente pas Constantine. Elle se présente et l’on salue. Elle se découvre et nous nous découvrons. Elle éclate comme un regard à l’aurore et court sur l’horizon qu’elle étonne et soulève. Puis, satisfaite de son effet, elle se fige dans sa gravité, se regroupe dans sa légende, se renferme dans son éternité. Les ponts et les rochers ne sont que des prétextes, les signes extérieurs d’une virtuosité qui se plaît à surprendre, le talent d’un destin de génie qui se sait d’autre raison de gloire et de respect. Cette prouesse est d’abord de la pudeur. A tout jamais ma ville s’est réfugiée derrière l’image qu’on s’en fait. Concédant une attitude et tolérant une silhouette, jalon entre deux infinis, elle veille sur le passé et relais du soleil, elle monte droite au pied des espérances.

    Elle est une présence, elle est un rêve qui continue. A ses genoux les mots sont pauvres courtisans. Le doigt de Dieu s’est posé par ici et la main de l’homme ne peut que s’élever pour cette ovation qui, à son paroxysme, avoue déjà son impuissance.

    Vous étiez venue nous voir par un matin d’automne. Nous vous attendions depuis longtemps, nous vous attendions depuis toujours. L’été nous avait quittés depuis peu et les cigognes s’apprêtaient à le suivre. Sur la grande place, les hirondelles dessinaient des valses; Les enfants qui le pouvaient reprenaient le chemin de l’école, ce chemin de l’école qui par ces jours rabougris ne différait guère du triste chemin des écoliers.

    Une clef pour ma ville, une clef pour mon cœur, des mots qui s’aventurent dans la phrase bousculée des ruelles séculaires, dans le désordre parfumé des mots brûlants comme l’actualité et suaves comme une chanson de geste, affluence, confluence, l’Afrique, le Maghreb, le Monde Arabe, la vie patiente, la vie prudente, rageuse, rongeuse, la couleur qui n ‘en peut plus, la Méditerranée, la Plaine et par là-bas cette autre place. Matin de mon village suspendu au bout du temps, maisons penchées, maisons pensives, Dieu donnez-moi du talent pour parler de ma ville.

    Je me souviens : Le matin se réchauffe encore aux rêves de la nuit. Viens. Nous prendrons par les rochers qui cloutent le versant de Sidi-M’Cid. Les escargots de mon enfance sont à leur place. Les chardons laissent encore couler la glu que nous récoltions pour la chasse aux oiseaux. Dans l’herbe rare un petit lézard contemple une idée fixe. Dans le bas, c’est elle, c’est la ville, c’est Constantine. Un triangle violacé sur lequel nagent des fumées qui s’adossent à l’horizon.

    Tout comme les escargots, ma ville a choisi la sécurité du roc. Les aigles aussi. Aussi les monuments. Par temps clair, çà et là, un minaret apporte son audace à l’audace des cimes et l’on peut voir celui de la mosquée de Sidi Rached se profiler sous la grande arche du pont comme un rayon céleste, une tour fragile qui soutiendrait pourtant d’autre fondation.

    La route maintenant délaisse les rochers pour devenir une rue, pour devenir un boulevard. Poignant symbole, l’hôpital contemple la ville, au bord du danger, au bord de l’accident, au bord de la rupture. La mort et la maladie ne sont-elles rien d’autre qu’un accident, qu’une rupture? Le Pont-Suspendu, je n’en parlerai pas. Je comprends son utilité, j’admire sa grâce, je respecte sa témérité et je regrette sa présence. Il y a dans certaines victoires de l’homme sur la nature, quelque chose qui m’émeut et qui me gêne à la fois. Elles me semblent un affront à la nature qu’on humilie en la domptant. J’éprouve le même sentiment en voyant au cirque des animaux sauvages, fiers et puissants, obéir docilement à la maigre personne d’un dompteur. La disproportion fait mal au cœur. J’y vois une atteinte grave à la dignité et à la majesté de ce qui est grand et beau. Je me console à la pensée que les oiseaux n’empruntent pas de passerelle pour se rire des gnomes.

    Une caserne, un vieux lycée. Le lycée portait le nom d’un guerrier, le duc d’Aumale et il a fallu notre guerre de libération pour qu’il s’appelle d’un nom civil : Ahmed Redha Houhou. Un homme de pensée paisible et doux. Je le vois encore dans les rues de Constantine, visage maigre cachant sa méditation derrière des lunettes foncées. Ils l’ont tué un jour de mars 1956. Ou bien encore promenant ses élèves sur les hauts de la ville. C’était un disciple de Cheikh Abdelhamid Benbadis.

    Abdelhamid Benbadis… Bien ici comme ailleurs et plus ici qu’ailleurs, point n’est besoin de temps pour entrer dans l’Histoire. Quand s’ouvrent les prisons et quand s’ouvrent les livres, l’Histoire ce saupoudre de légende. Le peuple a bonne mémoire et sa mémoire, disait Mohamed Dib, est la Bibliothèque Nationale de l’Algérie, Dans les petites boutiques de la vieille ville, dans les minuscules échoppes qui baignent dans le passé, le portrait du Cheikh contemple la misère qu’il refuse. Souvent il illustre un calendrier. Son regard s’en va au bout d’on ne sait quelle nostalgie. Rien de plus émouvant, de plus tragique même, que ce portrait pieusement confié à la garde de gens qui n’ont jamais lu une ligne du philosophe et qui pour la plupart n’ont d’autre culture que leur amour du pays. Du pays réel, du pays restauré. Du pays conservé. Cette photo du Cheikh n’est pas un simple hommage. Dans son instinct d’amour et de conservation, le peuple de ma ville a semé ses espoirs et ses regrets sur le chemin qui va au plus loin de nos âmes, dans ces recoins tranquilles des valeurs retrouvées.

    C ‘est dans ces rues de la vieille ville,- Oh ! Que les mots ne vous trompent pas. – C’est dans ces rues de la ville de toujours, c’est dans ces rues d’abord, dans ces rues surtout que se promène une âme, que rôde un souvenir, que s’allume un sourire. Et que rêve une chanson que le cri des corneilles et le soupir des tourterelles transportent, une chanson qui raconte Salah Bey, chanson qui s’élève et s’étale à la recherche des belles altitudes et va jusqu’aux Aurès saluer cet autre piédestal, cette autre citadelle de l’amour et de l’honneur du Mont Chelia.

    Baptiser une rue, une place n’est qu’une simple commodité. Place des Galettes, rue des Cigognes, voûtes centenaires qui soutiennent une émotion permanente, ombres bleues des midis qui patientent, pénombre rousse des soleils épuisés et lumière lyrique qui écrase la plaine et lueur de tendresse quand la lune feutrée caresse le Chettaba.

    Une clef pour Constantine, une clef pour mon cœur, pour cet itinéraire qui s’en va et revient dans le merveilleux désordre des refrains décousus. Un fellah est venu apporter des fleurs et du lait. Des enfants jouent. Un minaret appelle. Le Rhumel persiste dans son audace. Un mendiant sur un pont rappelle, lui, les problèmes qui se posent.

    Vous étiez venue nous voir par un matin d’automne, un matin tout pareil à celui-ci. Un matin de Novembre qui préfaçait le Jour du Siècle. Le temps n’était plus à la visite, le temps n’était plus à la promenade, C’était le temps d’un rendez-vous. Le Rhumel s’en souvient, les corneilles s’en souviennent, les tourterelles s’en souviennent. Et les cigognes qui nichent sur les toits du Quartier des Tanneurs, quand elles nous quittaient, aux premiers froids s’en allaient raconter aux quatre coins de l’Afrique et du Monde Arabe que le jour se levait sur la terre algérienne.

    Vous êtes ici chez vous. Dans le ciel de Constantine, aujourd’hui, notre drapeau tient compagnie aux cigognes et aux hirondelles. On pouvait croire que rien n’a changé et pourtant…

    Constantine qui s’avance dans l’espace comme un promontoire traverse le temps, massive, énorme, déconcertante, identique à elle-même et toujours renouvelée, immobile et vivante. A tout jamais elle a pris la mesure exacte des choses et se rassure dans sa permanence. Elle s’offre et se refuse ; terriblement attentive et puissamment indifférente.

    Pour mieux se mériter, et dans un orgueil refusant ses limites afin de plus encore s’honorer, elle s’érige elle-même en monument.

  • Catégories
  • L’occident vu par un africain

     » Quand ils font la guerre, elle devient mondiale.
    Quand ils ont une opinion, elle est internationale.
    Quand ils s’expriment, ils le font au nom du monde entier.
    Quant à leurs valeurs, elles sont universelles.
    Quand ils ont une crise, elle est globale.
    Quand ils s’expriment, c’est une langue.
    Quand ce sont les autres, ce sont forcément des dialectes.
    Leurs fruits ont des noms du genre pomme, abricots, pèche.
    Ceux de l’Afrique sont exotiques, sauvages.
    Ils se sont installés de force en Amérique, au Canada, en Australie, en Afrique du sud, Amérique du Sud.
    Puis ils nous traitent d’immigrés.
    Quand ils viennent chez nous, ils disent qu’ils sont expatriés et quand c’est nous qui allons chez eux, ils nous traitent de clandestins.
    Quand ils s’attaquent à l’occupant, ce sont des résistants.
    Quand on s’attaque à l’occupant, nous sommes des terroristes.
    Quand l’un d’entre eux meurt, nous devons apprendre son nom.
    Quand les nôtres meurent par milliers, ils ne sont que des chiffres.
    Ils sont les seuls à pouvoir se doter des bombes atomiques et bizarrement, ce sont les autres qui fabriquent et utilisent des « armes de destruction massive ».
    Quand ils croyaient en Dieu, le monde entier devait croire comme eux. Et maintenant qu’ils n’y croient plus, croire en Dieu est devenu ringard, quitte à discriminer ceux qui ne penseraient pas comme eux.
    Quand certaines de nos tribus sont torses nus, nous sommes des sauvages. Et quand eux sont tout nus, ils font du naturisme.
    Quand nos femmes se voilent, nous les opprimons. Quand les leurs se voilent, ce sont des saintes (sœurs).
    Quand ils étaient les seuls à boxer, on parlait de noble art.
    Depuis que nous les terrassons sur un ring ou un tatami, on parle de violence.
    Quand ils nous prêtent de l’argent pour les payer, ils parlent d’aide au développement. Quand ils viennent nous piller, ils nous parlent de partenariat stratégique.
    Quand ce sont eux qui payent, ils parlent d’influence et de lobbying. Quand c’est nous qui payons, c’est de la corruption, du clientélisme, du népotisme.
    Ils traitent nos scarifications (marque de reconnaissance ethnique) de sauvage. Puis s’affichent comme des objets inertes pour vendre des sous-vêtements.
    Saluons l’homme Blanc comme il se salue lui-même dans le miroir.
    Pas  pour notre salut, mais pour celui de son nombril.
  • Catégories
  • قصة الوزير والكلاب روعه بجد ومعبرة جداً اقرأها لن تندم

    يحكى أن في مملكة بعيدة من قديم الزمان كان هناك ملك قرر في يوم من الأيام أن يأمر أحد وزراءه بتربية 10 كلاب وحشية في سرداب القصر الملكي، حتى يرمي لهذه الكلاب أي وزير يخطئ فتنهشه الكلاب وتأكله حتى الموت ويكون هذا عقابه حتى يخاف الوزراء ويعملون علي طاعته ويضمن ولاءهم دائماً .

    وفي يوم من الأيام قدم أحد الوزراء رأياً خاطئاً معترضاً علي كلام الملك في إحدى الأمور الخاصة بالمملكة، وهذا الأمر لم يرق كثيراً للملك فأمر برمي هذا الوزير للكلاب المتوحشة، ارتعد الوزير في خوف وقال للملك : أنا خدمتك 10 سنوات يا مولاي، وكنت لك نعم الخادم الأمين، وكنت دائم الولاء والطاعة إليك، ومخلصاً لك حتى الموت، فكيف تفعل بي هذا الآن ؟! رق قلب الملك لكلام الوزير خاصة أنه كان يعلم أن هذا الكلام حقيقي تماماً، فطلب منه الوزير أنه يمهله مدة 10 أيام آخري قبل تنفيذ هذا الحكم فاستجاب الملك علي الفور لكلام الوزير .

    انطلق الوزير علي الفور إلي حارس الكلاب المتوحشة وعرض عليه أن يأخذ مكانه وأن يخدم هذه الكلاب ويرعاها لمدة 10 أيام فقط، فتعجب الحارس من طلب الوزير الذي لديه عمل مرموق، ولكنه ترك له عمله بأي حال من الأحوال حتى يستريح ويأخذ أجازة طويلة، وبدأ الوزير يعتني بالكلاب ويطعمها ويوفر لها جميع سبل الراحة، وبعد مرور 10 أيام جاء الحارس وتم تنفيذ حكم الوزير وتم رميه للكلاب، واخذ الملك ومعه الحاشية ينظرون لهذا المنظر في انتظار أن تنقض الكلاب الجائعة علي الوزير، ولكن كانت المفاجأة .. جاءت الكلاب تحتضن الوزير وتنبح تحت قدميه دون أن يجرؤ أحد على أذيته، فسأله الملك ماذا فعلت لهذه الكلاب ؟ فقال له : يا سيدي خدمت الكلاب لمدة 10 أيام فقط، فلم تنسى الكلاب معروفي، وأنا خدمتك 10 سنوات فنسيت كل هذا في لحظة واحدة ..  شعر الملك بالخجل الشديد من نفسه وأمر بالعفو عن الوزير .

    الحكمة من القصة : لا تنكروا العشرة بسبب موقف عابر ولا تمحو الماضي الجميل مقابل موقف لم يعجبكم حتى لا تفقدوا أعز الناس إليك وأحلى الذكريات .. الطيور تأكل النمل .. وعندما تموت يأكلها النمل الظروف قد تتغير لا تقلل من شأن أحد يمدحون الذئب وهو خطر عليهم ويحتقرون الكلب وهو حارسا لهم كثير من الناس يحتقر من يخدمه ويحترم من يهينه .